Bannière du GHT Paris

[VIDÉO SISM 2019] Le virtuel à la rescousse de la santé mentale

Applications, réalité virtuelle, télémédecine : voici un aperçu des techniques numériques développées pour les usagers au service de l’accompagnement thérapeutique. Côté destigmatisation & soutien, des personnes concernées contribuent par la viralité à faire changer le regard sur la souffrance psychique. Des phénomènes qui transforment en partie la relation soignant / soigné.

Ainsi, grâce à la visio-conférence par exemple, la distance qui peut se créer entre le corps médical et le patient est abolie. Une simple caméra permet au médecin d’observer et de suivre le patient dans son environnement habituel.

Pour le Docteur Catherine Doyen, chef de service au GHU Paris, le programme médical de téléconsultation ©PROMETTED qui accompagne les enfants et les adolescents dans la détection des troubles autistiques est une illustration probante de cette évolution dans le « colloque singulier » (malades/médecins). Et un enjeu de santé publique quand on sait que 25% des personnes qui présentent des symptômes autistiques ne sont pas impliquées dans un programme de soins.

Outre le diagnostic à distance, le GHU Paris est aussi impliqué dans l’accompagnement clinique médiatisé par l’application mobile, notamment dans le domaine des addictions avec l’appli ©Phoenix. Conçue par le Docteur Chloé Lucet et le développeur Morgan Caron, cette application permet à l’usager addictif de gérer le craving à savoir l’envie irrépressible de consommer. Evolutif, ce « compagnon » de l’addiction recommande des stratégies de dissuasion alternatives selon les crises. Après un premier essai, 6 patients sur 10 sont satisfaits et 75% des utilisateurs l’ont utilisé pendant plus de 3 mois.

Autre expérimentation désormais bien ancrée dans les scénarios thérapeutiques proposés au GHU Paris :  le Jeu Mathurin ou « Comment planifier son quotidien dans une ville virtuelle ».

Le Docteur Isabelle Amado, responsable du Centre ressource remédiation cognitive et réhabilitation psychosociale Ile de France, C3RP le destine aux personnes atteintes de certains troubles psychiques qui ont des difficultés à se repérer dans le temps, à estimer les durées et à anticiper les changements.

Les usagers eux-mêmes ne sont pas en reste quand il s’agit de partager leur expérience et leur expertise. Grâce à son blog « Blogschizo », Laurence Martin libère la parole. Non, schizophrénie et violence ne sont pas synonymes, et oui il est possible de mener sa vie et de s’intégrer malgré des troubles psychologiques. Ce blog a permis à son entourage, son environnement de mieux comprendre qui elle était. Elle est sortie de l’anonymat car « vivre dans le secret est assez lourd à force ». Internet permet de se réapproprier la parole. Laurence a des retours positifs, à la fois des soignés et des soignants qui sont de fidèles lecteurs.