Bannière du GHT Paris

[ÉTUDE] Anorexie & obésité : une protéine impliquée dans les variations de poids

L’autophagie est un mécanisme de « nettoyage » cellulaire : il consiste en un processus régulier de décomposition et de recyclage des composants cellulaires lorsque l’énergie nécessaire à leur survie est devenue insuffisante. Ce mécanisme entre en jeu dans la régulation des apports nutritionnels par le corps ; son effet sur le métabolisme reste un vaste sujet d’exploration scientifique. Son fonctionnement est en partie régi par une protéine cérébrale,  l’acyl-CoA, régulée par une protéine qui s’y lie, l’ACBP. Une étude récente, publiée dans Cell Metabolism, et dont l’exploration clinique a été en partie réalisée au sein de la Clinique des maladies mentales et de l’encéphale (CMME) du GHU Paris, démontre que des sujets obèses et anorexiques présentent des taux respectivement trop élevés et trop bas d’ACBP. Dans le premier cas, cela favorise la lipogenèse (le corps « fabrique » de la graisse) ; Dans le second,  il participe à la perte de poids (lipolyse). Ces résultats ont été corroborés chez l’animal placé en restriction calorique. On observe alors que la stimulation de l’ACBP augmente la production de lipides, aiguise l’appétit, et facilite la prise de poids. Lorsqu’à l’inverse on la bloque, les sujets perdent plus facilement de masse corporelle.  Dès lors, l’inhibition de la protéine ACBP pourrait représenter une avancée décisive dans le traitement des troubles du comportement alimentaire.

Pour lire l’étude, cliquez ici

Contact chercheur ; Pr P.Gorwood, Chef de pôle de la CMME, GHU Paris