Bannière du GHT Paris

De nouveaux projets artistiques au sein du GHU Paris

Un appel à projets Culture à l’hôpital a été initié conjointement par la Direction Régionale des Affaires Culturelles (DRAC) et l’Agence Régionale de Santé (ARS) d’Ile-de-France, avec l’appui de l’association Arts et Santé-la Manufacture. Il vise à développer les partenariats entre les établissements de santé franciliens et les structures culturelles et artistiques professionnelles au bénéfice des usagers, de leurs proches et de l’ensemble du personnel.
La culture a une place certaine au sein du GHU Paris. Développement de l’art-thérapie au sein des services soins, partenariat avec le street artist C215, exposition d’œuvres réalisées par des patients à la Fondation des Etats-Unis, l’art fait entièrement partie de l’environnement hospitalier. Et particulièrement au sein du site Sainte-Anne où le Musée d’Art et d’Histoire de l’Hôpital Sainte-Anne (Mahhsa) situé à l’entrée du site, expose en continu des artistes dont les œuvres ou le thème contribuent à l’éveil créatif et à la destigmatisation. Enfin, le Laboratoire Accueil et hospitalité (Lab ah) a pour vocation d’accompagner les équipes de soins et les usagers dans l’amélioration de l’expérience du patient et celle du personnel en multipliant les partenariats avec les acteurs de l’environnement parisien.

C’est fort de ces expériences que le GHU Paris a répondu à l’appel d’offres ; deux projets ont été retenus :

Le projet Rimorso Suite : que la fête commence !

Rimorso suite est la prolongation de Rimorso, projet actuellement en cours à l’hôpital de jour Falguière du secteur 3. Il s’agit de proposer à un groupe de patients adultes, soufrant de troubles psychotiques et des membres de leur équipe soignante d’apprendre à danser et à développer leur créativité grâce à la et à la musicienne Simona Morini de la compagnie Errance. Elles se servent des danses et des chants traditionnels oubliés italiens pour aller puiser dans les racines de chacun dans des mythes portés au cœur et au corps de tous.

Rimorso Suite poursuit cette démarche au sein de l’hôpital de jour Falguière en y proposant des ateliers de chant.
La finalité de ce nouveau projet est de réunir les deux groupes autour de 3 bals qui seront organisés prochainement : « Il s’agira de mélanger les danseurs et les chanteurs comme dans une fête populaire. Danse, musique, chants et cuisine seront au rendez-vous ! Ce sera des moments de partages artistiques où, comme à l’époque, tout le monde était présent et indispensable à ce temps chaleureux. Ces bals se jouent essentiellement en cercle permettant d’explorer les capacités expressives et créatives de l’individu dans son rapport au collectif. »

Le désir d’associer deux structures sur un projet artistique vise à mêler les pratiques dans un souci de transversalité et d’échanges entre les patients et les soignants qui les accompagnent.

Savez-vous clowner ?

En 2017, la Compagnie de clowns « Les Essuyeuses de Plâtres » a initié l’art du clown à une dizaine de patients et 3 soignants du CATTP Dollfus. Les séances, principalement axées sur la détente corporelle et psychique, le jeu, le rythme ont amené les participants à créer des personnages décalés. Ce jeu leur a permis une ouverture sur l’extérieur. A la fin des 7 séances prévues, l’équipe a fait part de son désir de poursuivre l’expérience au sein du même CATTP.

Plusieurs ateliers seront ainsi mis en place :

  • Ateliers de jeu comique : travail en groupe autour du corps et de la voix. L’objectif est d’apprendre à se servir de ses propres états (fatigué, stressé…) pour développer le jeu et ainsi la palette des émotions.
  • Ateliers de jeu burlesque : Mettre son corps en action grâce à des échauffements et des situations comiques universelles
  • Ateliers sur le masque : Création d’un espace calme et bienveillant. L’objectif est de développer son imaginaire et de projeter ses émotions dans la création d’un masque.
  • Ateliers de jeu clownesque : Cet atelier sert à définir un personnage, une action, un espace et un temps.

L’ensemble de ce projet sera photographié et filmé par l’artiste Marina Gusina. Chaque participant aura son portrait vidéo : un outil formidable pour se voir évoluer dans le projet confirmer la différence entre le « soi » et le personnage.