Bannière du GHT Paris

Former les élèves-infirmiers à l’expérience patient

Depuis 4 ans, à l’initiative de Vilna Nyeck, responsable de l’unité d’enseignement soins éducatifs et préventifs, un objectif perdure : élargir les savoirs et les regards des étudiants de 2ème année, à l’aide d’un concept pertinent pour la pratique professionnelle.

Un séminaire d’échanges de connaissances et d’expériences avec des infirmières spécialistes cliniques, des patients, des associations et des aidants a rassemblé les élèves en octobre dernier autour de l’expérience patient lors de la maladie chronique.

Il s’agit de ‘’l’ensemble des interactions des patients et des proches avec une organisation de santé, susceptibles d’influencer leur perception tout au long de leur parcours de santé’’[1].  

Coup de projecteur sur la démocratie sanitaire

85 étudiants en soins infirmiers de 2ème année ont été sensibilisés à l’implication des patients, et des associations de familles, à ce qu’on appelle aujourd’hui la démocratie sanitaire.

Cela vise à associer l’ensemble des acteurs du système de santé dans l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de santé. Son objectif est de promouvoir les droits individuels et collectifs des usagers. Au niveau local, ce sont les agences régionales qui animent la démocratie sanitaire sur le territoire.

De façon emblématique le plan Ma santé 2022 a été lancé en septembre 2018 par le président de la république. Ce plan propose une vision d’ensemble et des réponses globales aux défis auxquels est confronté le système de santé français : les inégalités dans l’accès aux soins, les aspirations chez les professionnels à mieux coopérer entre eux, à disposer de davantage de temps pour soigner leurs patients et à être formés autrement.

Le témoignage d’une patiente sur son expérience-patient

Cette ex-usagère, en plus de son témoignage, est venue présenter son outil numérique Drépacare : une application à destination des soignants et des soignés qui luttent contre la drépanocytose, maladie génétique qui affecte l’hémoglobine des globules rouges.

Elle participe ainsi à la démocratie sanitaire, en étant « acteur de sa santé » et en aidant d’autres patients atteints de cette maladie chronique dont elle souffre elle-même.

Un second témoignage a été marquant, il s’agissait d’une mère et de son expérience de la maladie de sa fille souffrant de schizophrénie. Soignée au sein du GHU Paris, elle a voulu souligner l’importance du rôle des associations comme l’UNAFAM et de la Maison des Usagers dans le parcours de santé.

Les échanges et témoignages ont également permis aux étudiants d’acquérir une compréhension de l’expérience de deux infirmières dans les programmes d’Education Thérapeutique du Patient, (ETP) et la manière dont elles co-construisent avec les patients les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur santé.

Les formateurs de l’IFSI, en faisant du séminaire, une méthode pédagogique innovante, ont donné l’occasion aux étudiants de 2ème année de se projeter en tant que futurs professionnels et surtout de changer leur regard sur les attentes et besoins des patients pour leur offrir une expérience-patient adaptée dans leur parcours de soins.

de gauche à droite : Marlène Clairicia -Pierre -Joseph, Infirmière coordinatrice ETP : UTET/CRCM (Necker-APHP) ; Vilna NYECK – cadre formatrice, responsable IFSI (GHU Paris) ; Caroline Vanhaelewyn, Infirmière coordinatrice ETP : Centre d’Evaluation des Jeunes Adultes et Adolescents – CJAAD du pôle 15 (GHU Paris) ; Fabien Merrina, cadre formateur IFSI (GHU Paris).

[1] Définition inspirée de l’Institut Français de l’expérience Patient, IFEP