Service de neuropathologie

Chef de service : Professeur Fabrice CHRÉTIEN, Neuropathologiste

  • Professeur Pascale VARLET, Neuropathologiste p.varlet@ghu-paris.fr
  • Professeur Emmanuèle LECHAPT-ZALCMAN, Neuropathologiste e.lechapt@ghu-paris.fr
  • Docteur Arnault TAUZIÈDE-ESPARIAT, Neuropathologiste a.tauziede-espariat@ghu-paris.fr
  • Docteur Mélanie PAGÈS, Cytogénéticienne m.pages@ghu-paris.fr

L’équipe du service de neuropathologie comprend 1 agent de service hospitalier, 1 aide de laboratoire, 2 secrétaires, 6 techniciennes, 1 responsable qualité, 1 data manager et 1 cadre de santé.

Le service accueille régulièrement un interne en médecine et des stagiaires.

Notre secrétariat : 01.45.65.82.61

L’anatomie et cytologie pathologiques étudie à l’échelle macroscopique (à l’œil) et microscopique (au microscope) la composition cellulaire, des liquides et des organes prélevés par les cliniciens et les chirurgiens en vue d’un diagnostic. La neuropathologie est un secteur spécifique de l’anatomie et cytologie pathologiques qui analyse les prélèvements du système nerveux central (comprenant le cerveau, le cervelet et la moelle spinale), du système nerveux périphérique ainsi que de l’hypophyse.

La neuropathologie constitue ainsi la pierre angulaire de la prise en charge du patient entre la neurochirurgie et la prise en charge thérapeutique qui découlera de son diagnostic.

Le service de neuropathologie a plusieurs missions :

   1. Sanitaire : établir des diagnostics à partir des prélèvements effectués par les cliniciens et les neurochirurgiens afin de proposer une prise en charge optimale du patient :

Le service participe au diagnostic des tumeurs du cerveau : ces diagnostics sont dits intégrés car ils incluent plusieurs éléments dont la localisation de la tumeur dans le système nerveux, son aspect radiologique (discuté avec les collègues neuroradiologues), les données cliniques du patient (discutées avec les collègues neurochirurgiens) et les données moléculaires (fournies par les collègues biologistes et cytogénéticiens).


⇾ Le neuropathologiste participe ainsi activement aux réunions de concertations pluridisciplinaires en cancérologie adulte et pédiatrique.

 

  • Le service participe au diagnostic des autres prélèvements de dermatologie, ORL, gynécologie et stomatologie des patients de psychiatrie pendant leur hospitalisation.
  • Le service exerce également une activité d’expertise dans le domaine de la pathologie infectieuse, le chef du service ayant son équipe de recherche à l’Institut Pasteur à Paris
  • Les activités diagnostiques du service sont adossées à la tumorothèque de notre centre de ressources biologiques.

   2. Recherche : le service participe aux études cliniques et translationnelles et aux protocoles de recherche nationaux et internationaux, notamment dans les domaines des cancers du cerveau du sujet adulte et de l’enfant afin de faire avancer les connaissances en termes de diagnostic, de pronostic et de pistes thérapeutiques de ces cancers rares. Les activités de recherche du service sont adossées à la tumorothèque de notre centre de ressources biologiques.

  3. Médico-légale : le service de neuropathologie collabore avec l’Hôpital Raymond Poincaré à Garches et certaines instances judiciaires.

  4. Enseignement : enseigner aux étudiants en médecine et aux médecins extérieurs et étrangers la pratique de la neuropathologie et la complexité du diagnostic des cancers du cerveau.

Les médecins du service sont impliqués dans de nombreux enseignements universitaires ou post-universitaires.
Pour vous inscrire à la prochaine session de l’EPU des tumeurs cérébrales, suivre le lien de la Société Française de Pathologie : http://www.sfpathol.org/

Le service de neuropathologie est engagé dans une démarche d’amélioration continue et dans une démarche d’accréditation COFRAC qui s’appuie sur les exigences de la norme NF EN ISO 15189 « Laboratoires de biologie médicale – Exigences concernant la qualité et la compétence ». Notre principal objectif étant de garantir la qualité de l’ensemble de nos prestations pour les phases pré-analytique, analytique et post-analytique.

Historiquement, le service s’est consacré plus spécifiquement à la neuropathologie à partir des années 1990 sous l’impulsion de sa chef de service, le Professeur Catherine Daumas-Duport. Ses travaux ont permis d’asseoir la notoriété nationale et internationale du service : 

  • L’entité tumorale qu’elle dénommera « tumeur neuroépithéliale dysembryoplasique » constituera une des 98 entités tumorales du système nerveux central et est toujours inscrite dans la classification de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) des tumeurs cérébrales.
  • Sa classification des gliomes (cancers du cerveau développés aux dépens des cellules de soutien du tissu nerveux) de l’adulte met en évidence pour la première fois la forte corrélation entre les aspects des cancers vus au microscope et leurs aspects en imagerie. 

Pendant des années, les deux classifications (OMS et Sainte-Anne) ont été ainsi utilisées.

 

Aujourd’hui, le service de neuropathologie constitue toujours un centre d’expertise dans le diagnostic des cancers du cerveau. De par leur rareté et leur démantèlement nosologique croissant ces dernières années, le diagnostic des tumeurs cérébrales demeure difficile et nécessite une expertise.

C’est pour cette raison qu’un réseau de relecture des cas de tumeurs cérébrales (appelé RENOCLIP, acronyme de REseau de Neuro-Oncologie CLInicoPathologique) a été organisé aux niveaux régionaux et national afin que les diagnostics difficiles de tumeurs soient revus par plusieurs neuropathologistes experts.

Notre service constitue un des services experts du réseau RENOCLIP, pour la neuropathologie oncologique pédiatrique de l’inter-région Île-de-France.