Bannière du GHT Paris

Une nouvelle étude démontre que le devenir des enfants placés en Accueil Familial Thérapeutique (AFT) dès leur plus jeune âge est semblable à celui d’autres enfants.

Pour mémoire, l’AFT constitue une alternative originale à l’hospitalisation. L’accueil s’adresse à des patients adultes ou enfants susceptibles de retirer un bénéfice d’une prise en charge dans un milieu familial car le maintien ou le retour à domicile ne paraît pas toujours souhaitable ou possible. Il s’agit notamment d’une phase de réadaptation et d’acquisition d’une certaine autonomie au cours de laquelle la prise en charge sociale et affective prend une dimension importante. Pour les enfants concernés, ce dispositif représente une « suppléance » parentale.

Dr Pascal Richard et Dr Catherine Fourès, exerçant au sein de l’intersecteur de pédopsychiatrie des 9e & 10e arrondissements, publient les résultats de leur étudedans la revue Neuropsychiatrie de l’Enfance et de l’Adolescence du mois de novembre.

Cette étude porte sur le devenir à l’âge adulte d’une trentaine d’enfants, séparés de leurs parents à 22 mois et ayant été pris en charge par 4 unités d’Accueil Familial Thérapeutique dont celle du secteur 03[1] à l’âge de 30 mois pendant 13 ans. Ils en ont aujourd’hui 29.

Ce que l’on sait / En France, peu d’études ont été menées sur la protection de l’enfant et le devenir de l’enfant selon le lieu d’accueil. Celles qui existent pointent une santé mentale et physique plus mauvaises que la population générale. Cependant, les chercheurs ont pu définir les « ingrédients essentiels » qui influençaient leur bon développement : la stabilité du lieu et la durée de l’accueil.

La méthode / Cinq outils d’analyse ont été utilisés sur deux populations d’enfants placés et non-placés: questionnaires (qui évaluent les états fonctionnel, émotionnel, social, sexuel, d’handicap et de bien-être/état de santé et recherche de troubles psychiatriques), Edicod (qui évalue la narrativité de la personne) et la Théorisation Ancrée (analyse qualitative qui cherche à faire émerger des thèmes grâce à l’analyse de sociologue, psychiatre, journaliste, philosophe…).

Ce que l’on apprend / La narrativité (cohérence, fluidité et adéquation du discours), les représentations d’attachement ainsi que le retentissement social et socio-affectif des individus composant l’échantillon sont comparables aux résultats de la population générale.

De plus, les participants ayant été séparés avant 25 mois et accueillis avant 33 mois confirment une qualité de vie, un attachement affectif dit secure (niveau d’attachement où l’enfant se sent en sécurité) et un meilleur devenir que les autres. Seule la dimension sexuelle est légèrement altérée.

Enfin, l’étude montre l’importance de faire un entretien bilan quelques années après le placement.

Ce que cela change / Les résultats de cette étude confirment l’intérêt du dispositif thérapeutique rigoureux que l’AFT du secteur 03 a progressivement développé et affiné, et souligne la nécessité de conserver toute sa place à cette pratique clinique aux confins de la Protection de l’Enfance et de la pédopsychiatrie de service public.

>>> Lire l’étude


[1] Créée en 1983, l’équipe de l’unité Accueil Familial Thérapeutique (AFT) du secteur 03 du 9ème et 10ème arrondissements de Paris a été très active dans l’élaboration de cette recherche. Elle l’a par ailleurs initiée dès les années 2012-2013 sous la direction du Dr Fourès qui en était alors la PH responsable. C’est aujourd’hui le Dr Pascal Richard qui en assure la direction depuis 2014.