Brigitte Macron visite l’Unité Passerelle pour Adolescents et Jeunes Adultes du GHU Paris et son partenaire l’Ecole à l’hôpital

Présidente de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France dont l’objectif est de rendre meilleur la qualité de vie des enfants, adolescents et personnes âgées hospitalisés, Brigitte Macron a rendu visite aux patients et professionnels de l’UPAJA (Unité Passerelle pour Adolescents et Jeunes Adultes) , Pôle 14ème arrondissement, du GHU Paris qui bénéficient du programme de réinsertion scolaire de « L’Ecole à l’hôpital », le 30 janvier dernier.

Publié le

Au sein du Pôle dirigé par le Dr Marie-Noëlle Vacheron, l’UPAJA, pilotée par le Dr Buard, accueille 10 adolescents, âgés de 16 à 23 ans, pour une durée de six mois, renouvelable (en général une année scolaire) après une hospitalisation motivée par un état de décompensation psychiatrique aigue, le temps de l’élaboration d’un projet à moyen terme, dans le cadre d’une prise en charge continue.

Différentes activités et prises en charges y sont proposés (ergothérapie, art-thérapie, psychomotricité, éducation thérapeutique) afin de participer à l’insertion et au mieux vivre de ces adolescents et jeunes adultes dans la société. Depuis octobre 2019, les enseignants bénévoles de l’association l’Ecole à l’hôpital interviennent au sein de la structure pour donner des cours aux patients.

Les premières évaluations de ce partenariat démontrent que les patients ne se sentent plus en rupture avec le milieu extérieur, construisent à nouveau des projets et retrouvent un dynamisme dans leur quotidien. Leurs concentrations, attention et mémorisation s’améliorent.

La présidente de la Fondation a souhaité venir à leur rencontre et a passé du temps auprès de plusieurs patients et enseignants en entretiens particuliers.

Madame Macron a ensuite participé à une discussion avec les responsables médicaux et administratifs de l’établissement et de l’Ecole pour tous afin d’approfondir les enjeux posés par la pathologie psychiatrique, l’inclusion sociétale des usagers en santé mentale, et les perspectives de rétablissement aux- quelles concourent les partenariats inclusifs en faveur de l’éducation et du travail notamment.

Le GHU Paris et l’association partagent en effet le même objectif de lutte contre l’exclusion et ont pu échanger deux heures durant avec Brigitte Macron, particulièrement sensible à cette problématique.

Ce fut l’occasion de mettre en avant le travail des soignants et des enseignants et de montrer l’importance primordiale pour le bien être des individus bénéficiaires du programme d’avoir la possibilité de pou- voir aller à l’école, de continuer à apprendre malgré leur handicap, malgré leur prise en charge parfois conséquente et difficilement compatible avec un enseignement général.

Brigitte Macron a honoré l’implication, le professionnalisme et l’investissement constant des professionnels de la structure et de son partenaire. Cette rencontre augure de futures pistes de collaborations œuvrant en faveur de la destigmatisation des troubles psychiques.

Ce qu’il faut savoir : Les pathologies psychiatriques représentent la première cause de handicap chez le jeune (en particulier les troubles de l’humeur et les troubles psycho- tiques). Les pathologies psychiatriques surviennent dans
la plupart des cas entre 20 et 35 ans, période, clés du ré- tablissement fonctionnel et de la déstigmatisation. Pour mémoire, le pôle 14 regroupe la psychiatrie adulte (sec- teur 13) et l’intersecteur infanto-juvénile (I06) du 14ème arrondissement, ainsi que le centre de psychopathologie périnatale (CPBB). Chaque année, 7000 patients reçoivent des soins au sein des structures de ce pôle.

Télécharger le communiqué