Reportage

Dépisteurs : une mission qui se renouvelle

Publié le

Dès le début de l’épidémie, le GHU Paris a déployé tous les moyens pour répondre à l’ensemble des problématiques liées au Covid-19. Des dispositifs qui ont évolué au fur et à mesure des semaines, puis des mois. L’équipe de prélèvements, créée au début de la crise, prépare la sortie de la première vague et s’apprête aujourd’hui à passer la main aux équipes de terrain. Chloé Briant, cadre du Centre de Recherche Clinique (CRC) du GHU Paris revient pour nous quelques semaines en arrière…

Une équipe de prélèvements a été créée dès le mois de mars. Composée des professionnels du CRC, des cadres formateurs des IFSI du GHU et des membres des soins somatiques, elle s’est très vite organisée pour répondre aux demandes les plus urgentes selon les recommandations gouvernementales et de la cellule de crise du GHU Paris.

" Nous avons travaillé main dans la main avec l’équipe du laboratoire pour pouvoir répondre aux besoins dans les meilleurs délais et conditions".
Les sites de Perray et Neuilly, qui hébergent notamment l’EPHAD et l’USLD ont été prioritaires et l’ensemble des patients et soignants ont été dépistés au début du confinement national, réduisant ainsi les risques de propagation en interne.
Petit à petit, l’équipe s’est organisée en binômes qui se sont répartis entre les sites d’hospitalisation d’Hauteville, de Lasalle et d’Avron pour tester les patients dans la matinée puis ceux du site de Sainte-Anne dans l’après-midi.  Le Centre de Recherche Clinique a mis à disposition ses locaux pour les prélèvements des agents du GHU tous les jours de 9h à 13h.
« Tous les prélèvements sont sur prescription médicale du Pr Wolf et du Dr Niel [référents Covid-19 du GHU Paris]. Les résultats des tests nasopharyngés sont délivrés 24h après ».

Une formation proposée aux équipes de terrain
Aujourd’hui, tous les entrants adultes sont automatiquement testés ainsi que tout agent qui a besoin de l’être soit parce qu’il présente des symptômes, soit parce que sa position le nécessite (en lien avec des malades Covid +, etc…)
« Depuis le début de la semaine, on prépare la sortie de la première vague. On commence à former le personnel soignant qui se porte volontaire, notamment sur les sites d’hospitalisation déjà évoqués et au sein des pôles du site Sainte-Anne. Les sites de La Roseraie et du Perray ont été formés dès le début ».  
Deux formations sont mises en place : une théorique et une pratique. Une campagne d’affichage dans ces services est également en cours de validation afin que l’information soit accessible à tous.
« Nous avons dû faire preuve d’une grande adaptabilité tout au long de la crise sanitaire en fonction des directives et des besoins. Nous pérennisons aujourd’hui ce qui a été mis en place ».