Du -

LieuPalais des Congrès

Congrés de l'Encéphale

Éditorial

RECONSTRUIRE, REFONDER

Le 15 avril dernier vers 19 heures, une terrifiante colonne de fumée s’élevait dans le ciel de Paris. Quelques secondes plus tard nous recevions sur nos smartphones une notification : « incendie à Notre Dame ». La vague d’émotion soulevée par cet événement fut d’une ampleur inattendue. Par chance, nulle vie humaine ne fut happée par ce terrible incendie, mais il sembla à beaucoup de français et de citoyens du monde qu’une partie de leur patrimoine commun leur avait été ôtée. Aujourd’hui sonne l’heure de la reconstruction de cette « cathédrale de poésie », comme l’a écrit Jules Michelet, sur des fondations et des arcs-boutants heureusement sauvegardés.

La conférence d’ouverture de l’édition 2020 du Congrès de l’Encéphale, sera donnée par le général Georgelin, représentant spécial du Président de la République pour la reconstruction de Notre Dame.

Et si cette reconstruction avait valeur de symbole pour la psychiatrie ?

Notre discipline a connu ces dernières décennies de nombreux embrasements idéologiques, parfois fratricides. Aujourd’hui, la psychiatrie semble plus que jamais appelée à être refondée pour répondre aux défis cliniques, thérapeutiques et sociétaux qui lui sont lancés. Il nous faut définir les pierres d’angle et les clés de voûte qui dessineront les perspectives de cet édifice, et cette édition 2020 du Congrès de l’Encéphale en posera les jalons.

Affiner nos grilles de lecture de la psychopathologie
Nous revisiterons des entités classiques comme la paranoïa ou l’anorexie mentale (le corps sans la chair) et nous nous aventurerons sur de nouvelles frontières : L’amour, une maladie mentale ?, la dysphorie de genre ou le TDAH de l’adulte.

Revisiter la clinique à l’aune des avancées scientifiques
L’imagerie cérébrale pourrait contribuer à refonder la clinique, la schizophrénie sera à l’honneur avec la session Parent pauvre ou enfant prodigue de la psychiatrie et Schizo sans en avoir l’air. L’addictologie de la 4e dimension et la session consacrée à l’état mixte sont également seront très attendues, tout comme l’épineuse question des enfants et des écrans.

Rebattre les cartes de nos approches psychopharmacologiques
Autour de la chimiorésistance, ou encore des médicaments en procès et en nous livrant à une analyse critique des recommandations dans la prise en charge des troubles bipolaires.

Innover dans le domaine des psychothérapies
Pour tordre le coup à l’affrontement stérile entre chimiothérapie et psychothérapie, nous ferons le point sur les nouvelles psychothérapies augmentées et sur la grande vague de la Mindfulness, ainsi que sur la thérapie d’acceptation et d’engagement (ACT).

Faire souffler un vent d’innovation
Avec les nouvelles moutures des sessions start up en santé mentale, La Battle des jeunes psychiatres, les Big Five de la littérature psychiatrique, rendez-vous incontournables de l’Encéphale. Nous agrémentons le menu cette année avec la création de la session « Top Chef » : à découvrir !

Mieux comprendre les enjeux sociétaux d’aujourd’hui et de demain
Nous réfléchirons à la souffrance des jeunes élites, ainsi qu’à la santé mentale des femmes. Grâce à l’éclairage du sociologue François Dubet et d’Alain Duhamel, nous décrypterons le phénomène des « gilets jaunes ». Enfin, des personnalités de premier plan participeront au symposium exceptionnel consacré au combat de la déstigmatisation des troubles mentaux.

Renforcer les liens avec la culture
Le congrès de L’Encéphale promeut ces liens depuis sa création, et cette année nous seront honorés par la conférence de l’écrivain Emmanuel Carrère et la conférence de clôture de Marc Lambron, de l’Académie française.

La psychiatrie est notre maison commune. Il appartient à chacune et à chacun de s’impliquer dans cette dynamique de reconstruction et de refondation. Nous espérons que cette édition 2020 du Congrès de L’Encéphale contribuera à son édification !

Marc Masson, David Gourion, Philippe Fossati, Raphaël Gaillard