Bionettoyage : paroles d’agents

Plus de 150 agents d’entretien, notamment issus de la société Elior travaillent quotidiennement au sein de l’ensemble des structures du GHU Paris. A pied d’œuvre dès 5h du matin, ils font leur possible pour offrir un environnement sain aux patients et aux soignants. Leur mission est essentielle, encore plus dans ce contexte de crise sanitaire.


Les premières semaines ont été difficiles, il a fallu s’adapter à un nouveau protocole alors même que la peur du virus s’installait au sein des équipes. Les responsables ont alors tout mis en œuvre pour protéger les agents : « Au début, ils avaient peur pour eux. Nous avons pris le temps de bien leur expliquer les gestes barrières à appliquer, les tenues à mettre lors du nettoyage des unités Covid, les distances à respecter pendant les pauses, nous explique Francisco. Ils sont très courageux car tout le monde est resté. A part quelques personnes qui ont dû rester chez elles car considérées comme à risque, le taux d’absentéisme est très faible ».
En cette période particulière, la prévention est le maître mot : « on vérifie que tout le monde va bien. Les emplois du temps ne cessent de changer, notamment pour le nettoyage des cuisines ».

Les équipes ont été dépistées afin de limiter les risques de propagation.

Aujourd’hui, les professionnels du bionettoyage commencent à ressentir la fatigue mais leur mission continue : « mon mari m’a demandé si je pouvais rester à la maison mais si je ne viens pas, qui viendra? se demande Natalia. C’est pour cela que je reste. On est là pour les patients, notre travail est très important. »
L’équipe d’Elior espère que leur assiduité sera reconnue une fois la crise passée : « en ce moment, tout le monde est très occupé. Nous sommes ici très tôt et nous croisons peu de monde. On espère juste un «merci» pour ce que l’on fait ».

 

>> Le GHU mobilisé en portraits