Craniotomie

Pour pouvoir accéder au cerveau et réaliser l’exérèse d’une tumeur cérébrale, il est nécessaire d’ouvrir la boite crânienne. Le geste d’ouverture du crâne s’appelle « craniotomie » quelle que soit la taille de l’ouverture. Le neurochirurgien dispose de deux techniques, une ouverture limitée, communément appelée « trou de trépan » et une ouverture large, communément appelée « craniotomie ».

La réalisation d’un simple trou de trépan, qui permet une ouverture circulaire centimétrique, via une technique manuelle ou électrique au moteur, est utilisée dans la prise en charge des tumeurs cérébrales pour réalisée une biopsie dite chirurgicale à crâne ouvert ou une biopsie à crâne fermé sous neuronavigation IRM dite « frameless ».

La réalisation d’une craniotomie permet l’ouverture d’un volet osseux dont la taille est définie par le neurochirurgien selon les besoins de l’intervention. Une fois l’intervention terminée, le volet osseux est systématiquement reposé et fixé solidement au crâne.

Pour bien comprendre les suites opératoires après une craniotomie, il faut imaginer que celle-ci est une véritable fracture du crâne, qui est volontaire et maitrisée par le neurochirurgien. Ainsi, l’évolution d’une craniotomie est identique à l’évolution d’une fracture du crâne : la complète cicatrisation et solidification sera obtenue au bout de 6 semaines, la solidité du crâne sera identique à celle d’avant la chirurgie, le crâne pourra être légèrement irrégulier du fait de la cicatrisation osseuse.